Maë Defays

Auteur-compositeur-interprète

« Maë Defays, estime Jazz radio, se place déjà en tête des chanteurs soul-jazz les plus talentueux du XXIe siècle. »

Voix de cristal, silhouette fluide, arrangements groovy : dès les premières notes, Maë Defays affirme un style jazz-soul à l’équilibre parfait. Une atmosphère intime, bleutée, s’installe sur scène et dans le public. On pense à Esperanza Spalding, à Sade, à Corinne BaIley-Rae, à Jill Scott, autant de filiations qu’elle revendique.

Auteur-compositeur-interprète à la maturité singulière, Maë creuse son sillon sur la scène jazz avec déjà des dizaines de concerts à Paris, une tournée en Guyane et un récital à Copenhague, la nouvelle capitale européenne du jazz.

En « live », sa formation nous transporte au fil de mélodies originales interprétées de sa voix douce et puissante, en anglais, français et créole.

A son répertoire jazz et neo-soul parfois teinté d’accents pop, Maë ajoute des morceaux de bossa-nova et des compositions influencées par le funk, la « black music » (Stevie Wonder), le hiphop (José James), l’afrobeat.

Dans ce « cross-over » très contemporain, les ballades alternent avec les morceaux «  up-tempo ». Et Maë distille à point nommé des improvisations vocales tandis que ses musiciens, à leur tour, multiplient les solos de piano, de batterie, de guitare.

L’inspiration de l’auteur-compositeur-interprète vient de loin. Née dans une famille d’artistes (des comédiens, des danseuses, des jazzmen), elle démarre le piano à 6 ans, le chant à 8, la guitare à 16. Après s’être essayée à la danse et à la réalisation de cinéma, elle bifurque vers la musique, sa vraie passion.

A seize ans, elle compose ses premiers morceaux. A dix-neuf, elle monte son premier groupe. Et rejoint le Centre des Musiques de Didier Lockwood (CMDL), en région parisienne, où elle perfectionne sa technique.

En 2016, elle a produit son premier EP, « The Shelter ».